Feminism Illustrated / English Translation available !

The Blast & Meor editions are pleased to announce the translation of the French brochure “Feminism Illustrated (44 pages in A5 format).

The first part of the brochure consists of the article “Illustrated Feminism or The Complex of Diana published in 1974 in the newspaper « Le Fléau social » (a newspaper from the FHAR, a revolutionary homosexual movement founded in Paris in 1971) ; this article is signed by Constance Chatterley, a pseudonym used on this occasion by Gilles Dauvé. It is followed by a long interview with the author conducted in January 2015. All this is preceded by a presentation of the mag « Le Fléau social » and the FHAR.

This is an opportunity to make a critical assessment of 40 years of evolution of French society and capitalism, and to discuss topics such as feminism, homosexuality, activism, community and identity, sex and gender, domination and exploitation, class struggle, revolution, communism, not forgetting the cinema.

It can be downloaded in PDF for free here.

All the texts except the ‘author’s note’ are translated from a French pamphlet published by Blast & Meor in May 2015. We warmly thank the comrades who have translated these texts. The author’s note was added into the English version. All notes are editor’s notes.

40 Years Later. A conversation with Constance

Blast & Meor : In 1974 you wrote “The Diana Complex” published in the last issue of Le Fléau Social15. Did you participate regularly in the journal and FHAR Group 516 that produced it ?

Constance: I wasn’t a member of FHAR, but I knew Alain Fleig who organized Le Fléau Social. He was in the FHAR and came to encounter what we can call, for want of a better word, the ultra-left. Le Fléau Social dealt with sexuality and homosexuality, but in its own way. Its aim was to be scandalous, at which it never failed. Some issues sold more than ten thousand copies, but that didn’t last long. Alain Fleig was a maverick: after leaving the FHAR, he gradually became isolated. What Le Fléau was saying was too complex for anyone to understand.

Feminism Illustrated or The Diana Complex

We support you fully”, the Marxist revolutionaries assure the women. “The oppression of woman is very real, indeed one of the worst of all oppressions. But nevertheless, it is just one part of a larger reality. Women must join the revolutionary proletarian movement!We support the revolutionaries”, the Women’s Liberation Movement affirms. “Proletarian oppression is very real, and indeed one of the worst. But it is only one part of a greater reality. The women must recognise their difference and organize separately.
In this debate everyone is right – providing the presuppositions go unquestioned. None of the protagonists ask themselves what their initial positions really amounted to: what is this “Proletariat” they’re talking about, and this “Woman”? Is there also a “Man”? There’s something in it for everyone. But much harder than criticizing the adversary’s ideas would be to explain its social function – because if either side did that, they would also be forced to question their own.

Le Fléau Social (1972-1974)

You say society must integrate homosexuals.
I say homosexuals must disintegrate society.

Françoise d’Eaubonne

The Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) came out of a lull in activity of the Mouvement de Libération des Femmes (MLF)1. Lesbians fleeing or excluded from the Arcadie club (a stuffy “Homophile” organization) joined the MLF and invited some of their fag friends along to the meetings. In what is generally considered the founding act, they disrupted Ménie Gregoire’s radio show2 devoted to homosexuality on March 10 1971. The FHAR was formed out of this action, initiated by the MLF. An alliance of women and homosexuals against fusty, reactionary, phallocratic France seemed obvious.

Author’s note. The importance of being Constance

As explained in the introduction to this pamphlet, sex, man/woman relations or what is now known as gender were a major concern for Le Fléau Social. As this is a subject for which I have always had a special interest, soon after I met Alain Fleig, it became obvious I would write in the magazine on feminism, or rather on sexual identities. Nearly all articles were signed under fanciful aliases, and I chose “Constance Chatterley”. In those carefree days, no man or woman in the small circle of friends around the magazine had any objection to a male impersonating a female, even for a critique of feminism. (Times have changed, I know…) 

Autour du FHAR

Du nouveau sur le blog ddt21 :

« Être ce que nous ne savons pas encore »,
un texte de Gilles Dauvé sur Stonewall, Carl Wittman, le Fhar et Mario Mieli.

> « Explosons les codes sexuels ! »,
un entretien décapant avec Lola Miesseroff, une ancienne du FHAR.

Le FHAR / Parc des Buttes-chaumont.

Le jour où les pédés firent la chasse à leurs prédateurs.

Comme la plupart des jardins publics, les Buttes-Chaumont sont un lieu propice aux rencontres entre des hommes qui préfèrent leurs semblables, la clandestinité étant le plus souvent leur lot. Ces jardin sont aussi le terrain de chasse de jeunes brutes qui viennent « casser du pédé ». Au printemps 1971, les participants à ce réseau informel qu’était encore le FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire) décidèrent que cet état de choses avait assez duré et qu’il fallait passer à l’offensive. Un groupe essentiellement composé de garçons fut donc constitué et déferla par la rue Manin. Les chasseurs, chassés à leur tour, furent vite mis en déroute, submergé par le nombre, les hurlements suraigus des « folles » et une violence bien virile à laquelle à laquelle ils ne pouvaient s’attendre. Ils comprirent ainsi que les « pédés » étaient aussi des hommes résolus, qu’ils pouvaient cogner dur et faire reculer l’homophobie. Comprirent-ils aussi que la lutte pour la liberté des choix sexuels n’étaient qu’un des nombreux visages de la lutte pour la subversion des rapports imposés par la société bourgeoise ? L’histoire ne le dit pas, mais nombre de militants homosexuels ne l’avaient sans doute pas plus imaginé. En effet, la disparition du FHAR pour laisser place dès le début 1974 au Groupe de libération homosexuel (GLH) en dit long sur la dilution de la dimension révolutionnaire du mouvement des homosexuels et préfigure le communautarisme intégrateur à l’américaine qui fleurit aujourd’hui les rues du quartier du Marais et enrichit ses commerçants.

Lola Miesseroff

Extrait de Un Paris révolutionnaire, L’Esprit frappeur/Dagorno, 2001, p. 335.

Le journalisme de Guy Hocquenghem

Dans la presse underground des années 1968, des plumes polémiques démolissent les fondements de l’ordre social. Le journaliste Guy Hocquenghem illustre cette période. 

Avec la contestation des années 1968 s’ouvre une libération de tous les aspects de la vie. Guy Hocquenghem relie l’émancipation sociale et la libération des corps. Il participe aux mouvements de lutte homosexuels. Mais, durant son militantisme gauchiste, il a dû cacher son orientation sexuelle. Il participe au groupe maoïste spontanéiste Vive la Révolution (VLR), qui publie le journal Tout !, puis au Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR). Mais Guy Hocquenghem publie également de nombreux textes. Il est journaliste et romancier. Il écrit des reportages et des chroniques, des articles polémiques et des fictions. Il publie dans la presse underground, notamment Actuel et Libération. Jusqu’à sa mort, en 1987, il reste fidèle à ses idées et à l’esprit libertaire de Mai 68. Un recueil d’article, dans le livre Un journal de rêve, permet de découvrir ses articles de presse.

La suite sur Zones subversives

« Masculinité réactionnaire »

Le septième épisode de la série « Homo » est en ligne sur le blog DDT21.

« Au début du XXe siècle, en parallèle au féminisme progressiste, et contre lui, se développe l’utopie réactionnaire (au sens littéral du mot) d’un monde d’hommes, accompagnée d’une nouvelle théorisation de la misogynie… .»

La suite ici.

En prime, « Homosexualité et fascisme » de Klaus Mann (1934)

Réforme sexuelle à Berlin

Sixième épisode de la série Homo sur le blog DDT21.

L’Allemagne est le premier pays où sont apparus des groupements et associations homosexuels, durables et reconnus, jusqu’à leur destruction par le nazisme. C’est là aussi qu’ont eu lieu, de 1919 à 1921, des explosions sociales et des tentatives insurrectionnelles sans équivalent au XXe siècle en Europe occidentale (excepté, dans une moindre mesure, en Italie). Le premier phénomène n’est pas la conséquence directe du second, mais les deux sont liés. « L’identité homosexuelle s’est construite autour de deux axes : la découverte de soi et le regard de l’autre », a écrit une historienne. Pour nous, si identité il y a, elle s’est construite à partir de situations (communes ou pas) et d’intérêts convergents (ou non), c’est-à-dire à partir de l’existence sociale qui était alors celle des « homosexuels ».

La suite sur le blog DDT21